Symbole incontesté du style à la française, la marinière (ou pull marin) est encore aujourd’hui un indémodable du dressing féminin. Comme beaucoup d’autres pièces intemporelles, ce tricot rayé puise son origine dans le milieu du travail, à l’époque dominé par les hommes. 

Née au sein de la Marine française, la marinière est aujourd’hui un objet de mode ultra désirable. Retour sur son histoire et son évolution. 

Aux origines de la marinière

Avant de devenir une des pièces les plus emblématiques de Coco Chanel et de son style à la garçonne, la marinière était un habit de travail créé pour les matelots par la Marine nationale française. 

Il s’agissait d’un sous-vêtement en jersey sans boutons et avec une unique couture aux manches, destiné à protéger les marins du sel, du froid et des accidents des cordages. 

Ce maillot de corps descendait jusqu’au début des cuisses et permettait aux marins de se mouvoir sans difficulté. 

Jusqu’au second empire, les simples matelots n’avaient pas besoin de se présenter en uniforme contrairement aux plus hauts gradés. Mais un décret de 1858 exige alors que tous les marins arborent le tricot rayé. 

À l’époque, la plupart des matelots français viennent de Bretagne. Les Bretons étant culturellement liés à l’océan, ils sont alors plus nombreux à s’engager dans la Marine pour échapper à la misère de leur région. C’est pourquoi on appelle aussi la marinière “pull breton”

Pour ce qui touche aux rayures, celles-ci sont dues au tissage du jersey, mais aussi destinées à économiser la couleur bleu indigo, très onéreuse à l’époque. Par ailleurs, la conception du pull marin obéit à des règles strictes : 

  • 21 rayures blanches larges de 20 millimètres sur le torse et le dos
  • 20 ou 21 rayures bleu indigo large de 10 millimètres sur le torse et le dos
  • 15 rayures blanches sur les manches
  • 14 ou 15 rayures bleues sur les manches

L’entrée de la marinière dans le dressing féminin

Coco Chanel est la première à présenter le pull marin comme un vêtement de tous les jours. Bien sûr, elle revisite le fameux tricot, le féminise et fluidifie sa matière avec de la soie. 

Très vite, la blouse marine connaît un véritable succès dans l’industrie de la mode et fait le bonheur de la haute bourgeoisie. Durant la seconde guerre mondiale, Chanel ouvrira même une boutique “style marin” à Deauville. 

Plus tard, la marinière est popularisée par Jean Cocteau, Picasso ou Brigitte Bardot et s’inscrit comme LE must-have à la française. 

Yves Saint-Laurent, Karl Lagerfeld, mais également Jean-Paul Gautier modernisent ensuite la marinière, achevant ainsi de l’inscrire comme une référence incontournable de la mode française. 

En 1978, Jean-Paul Gautier en fait la pièce maîtresse de son premier défilé et la met à l’honneur dans sa collection “Boy Toy” de 1983, alors revisitée et colorée. 

Aujourd’hui, le pull marin n’a plus rien à prouver

Porter la marinière, notre mode d’emploi

Comme à notre habitude, nous vous proposons de composer trois looks phares autour du mythique tricot marin : 

Look 1 – La BCBG : Marinière bleue à rayures blanches, pantalon palazzo blanc, ceinture à motifs animaliers pour twister le look, petit sac noir ou marron et boots en daim. 

Look 2 – La Working-Girl : Marinière classique en coton, veste de tailleur, jean droit, baskets blanches ou talons hauts. 

Look 3 – La Cosy Chic : Marinière blanche à rayures marron ou beige, trench, beige, foulard léger à nouer autour du cou, jean trois-quart, pochette en cuir. 

Envie d’adopter le pull marin dans vos collections ? 

Notre équipe vous aide à élaborer votre sélection en fonction de vos exigences.

Pas encore inscrit ? Créez votre compte client en quelques secondes pour accéder à nos pièces.

Déjà client ? Contactez-nous rapidement pour établir une première sélection mode de votre futur vestiaire.