En soixante ans d’existence, la minijupe a fait tourner bien des têtes. De symbole de libération à essentiel du dressing, cet objet de controverse n’a pas fini de faire parler d’elle.

Et pour cause, la mini-jupe a été une petite révolution en soi lors de ses premiers pas dans la sphère mode.

Des débuts remarqués en Angleterre…

La mini-jupe telle que nous la connaissons aujourd’hui fait son apparition dans les années 60 en Angleterre, sur fond de swinging London

Elle est avant tout la création de Mary Quant, une jeune styliste autodidacte et rebelle, qui a d’abord créé le modèle pour elle-même et ses amies. Elle s’est inspirée des tenues de plage à Saint-Tropez ainsi que des jupes des joueuses de tennis. 

La mini-jupe est commercialisée en 1962 dans une boutique de King’s Road et fait très rapidement des adeptes. Et pour cause, elle devient rapidement un symbole d’émancipation et vient casser le côté très “classique” et “madame” du prêt-à-porter féminin. 

Pratique et confortable, elle est aussi l’apanage de la jeunesse citadine et fait référence à la fameuse Mini Cooper, un modèle de voiture alors très répandu à l’époque. 

À savoir que la mini-jupe a été portée et plébiscitée par Twiggy, mannequin phare de l’époque, qui défile à l’époque pour Mary Quant et devient la personnification d’un mouvement qui la dépasse. La révolution est en marche ! London is on fire ! 

… mais bien plus timides en France

En France, les débuts de la mini-jupe sont bien plus timides. C’est André Courrèges qui le premier essaye à plusieurs reprises d’imposer l’objet de tous les désirs entre 1962-1964. Hélas, la France est encore très attachée à ses modèles d’antan. 

En 1965, Courrèges parvient finalement à introduire la mini-jupe haute couture avec sa collection été, qui fait alors sensation dans la presse. Suite à ce succès, la griffe Courrèges se mettra également à commercialiser des mini-robes.

Avec son modèle de mini-jupe trapèze, André Courrèges désire créer des tenues pour la jeunesse, une jeunesse bouillonnante et désireuse de s’affranchir de ses aînés. 

À l’époque, Coco Chanel s’insurge. C’est la fin d’un monde.

Les mini-jupes envahissent bientôt les magasins de prêt-à-porter et le vêtement si décrié se démocratise pour toutes les femmes. 

Bien entendu, la mini-jupe ne tarde pas à trouver ses muses en les personnes de Jane Fonda, Sylvie Vartan, Catherine Deneuve ou encore Brigitte Bardot. 

La mini-jupe de nos jours

La mini-jupe a traversé les décennies en adoptant plusieurs matières (mini-jupe en jean, mini-jupe en tartan, mini-jupe en daim) mais aussi plusieurs formes (mini-jupe évasée, mini-jupe à volants, mini-jupe moulante) adaptées à toutes les morphologies.

Aujourd’hui, la mini-jupe est presque indissociable des collants et des bas et s’inscrit dans l’imaginaire collectif comme un symbole de féminité libérée, mais aussi d’élégance. 

En 2022, la mini-jupe devient micro-jupe et signe le grand retour des années 2000 dans les garde-robes des modeuses. 

Envie d’inclure la mini-jupe dans vos collections ? 

Notre équipe vous aide à élaborer votre sélection en fonction de vos exigences.

Pas encore inscrit ? Créez votre compte client en quelques secondes pour accéder à nos pièces.

Déjà client ? Contactez-nous rapidement pour établir une première sélection mode de votre futur vestiaire.